:: Personnage :: Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

dread ˟ as lane

avatar
Dread
Send him nude
Messages : 150
Date d'inscription : 31/05/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Juin - 14:11
Nick de Superkokia. Americain.
LANE G. WILLIAMS AKA DREAD
  • 26 ans
  • mort en 1994
  • revenu en 2019
  • Américain
  • Bisexuel
  • Thyos
  • Musicien
  • Blond
  • Percé/tatoué
s o r r y – psycho

Tu étais loin d'être un gentil garçon, rien que dans l'enfance tu faisais les quatre cents coup. Tu étais taquin, arrogant et surtout moqueur. Tu n'as jamais eu aucune once de sympathie et de pitié pour personne, tu étais le mal incarné. Avec le temps tu t'es fragilisé, ton cœur s'est peu à peu déchiré et tu as perdu confiance en toi. Perdu, tu ne savais pas quoi faire. Abandonné, tu t'es alors laissé plongé dans les vices. Mais le temps passa et tu t'en étais sorti encore plus fort. Tu n'éprouvais plus aucun sentiment d'empathie pour les plus faibles. Ils méritaient ce qu'ils étaient. Et tu te détestais, si bien que tu te détruisais à petit feu. Tu étais dépendant de tout ce qui pouvait être addictif, que ce soit le tabac, l'alcool ou même la drogue.
Tu étais ce garçon qui vivait une éternelle fête, où la vie n'était que des couleurs saturées des néons et aux silhouette déformée. A côté, tu étais ce chanteur torturé, ce guitariste novateur et ce chef de groupe au léger succès te rendant égocentrique et surexcité.

Tu étais nonchalant et cynique, curieux au visage expressif et préférant ne répondre que d'une simple onomatopée que d'une phrase construite.Mais aujourd'hui, tu es mort.Dans cette mort, tu as compris. Tu as compris tellement de chose.

Dans un premier temps, tu étais un imbécile égoïste qui ne méritait en aucun cas de vivre mais aussi que tu devais faire preuve à l'avenir de plus d'humanité. Arrêter d'être le gros con que tu t'amusais à être car dans cette mort tu n'aura ni la popularité ni la musique pour t'aider. Tu n'aura peut-être même plus ton ecstasy pour t'aider à tout surmonter.
Tu devra faire preuve de gentillesse et d'humanité, arrêté de considérer les humains comme les accessoires à ton confort. Mais serais-tu seulement prêt à faire tout ça ? Toi qui était si impétueux, arriveras-tu seulement à ne pas te laisser aller dans un dédain certain envers les autres ?

C'était le pari que tu t'étais donné, motivé par la rage de la mort et l'échec face au test de l'Espace-Temps. Tu n'avais certes pas de pouvoir à ta disposition mais tu avais cette fureur de vivre que les autres n'avaient pas. Tu le savais, tu méritais plus de quiconque d'avoir une nouvelle vie. Tu te devais de ne pas faillir à ta destinée. Tu devais te racheter de tes fautes.

D O P E M A N –story

Novembre 68

Tu es né dans les abysses, là où personne n'ose y mettre les pieds. Tu es né dans une pièce sale sous les hurlements de la mère génitrice de l'enfant du diable, tu as été fécondé dans le péché et dans la violence. Enfant de viol, tu n'as jamais été désiré et ton père n'est même pas un homme correct. Ta mère était, à l'inverse, une femme pure de seize ans qui chérissait la Bible au détriment de toi, tu étais le pire à ses yeux et la preuve de ses péchés mais son amour pour la religion l'a forcé à t'élever afin que tu puisses chérir Dieu et prier pour qu'il te pardonne comme si tu avais été le violeur, comme si tu étais l'entier responsable.

Tu as ainsi vécu sous l'eau bénite, les reproches et la haine, tu n'avais pas ta place dans ce lieu et tu refusais même de donner ton nom de famille. A l'adolescence, tu as découvert les travers de la société et tu t'es embrigadé dedans, à la recherche de toi-même. Après tout, tu étais un enfant du péché, fils de Satan lui-même. Tu trouvais ça légitime. Passé 18 heures, tu redevenais l'enfant qui ne parlait pas, acceptant ses châtiments. Tes prières étaient des insultes envers un Dieu qui ne te considérait même pas, qui te refusait.

Avril 86

Indigne que tu étais, tu as été viré de ton église après avoir confesser tout tes péchés. Tu as été bafoué par ta mère, ton père et ton Dieu. Tu es sorti, les dents serrés, tu t'es contenus pour ne pas tous les insulter. Tu t'es tellement retenu.

Ton réflexe a été d'écraser une cigarette dans l'eau bénite pour finalement partir en courant tel le lâche que tu étais. Après cela, ta vie n'a été qu'une chute aux enfers.

Tu as pu emménager chez ta copine de l'époque, une junkie déscolarisée travaillant au black pour se payer son cannabis. Tout les deux vous ne faisiez que ça, fumer. Vos yeux étaient si rouge que vos pupilles ressortaient, ressemblant aux yeux du Diable. Entre deux bad trip, tu t'amusais à jeter quelques riffs de rage, insultant tes parents sur des sons punk. Tu les emmerdais, après tout.

Juillet 86

Après deux mois à ne rien faire séchant le lycée sans même songer au mal fait, tu décida de fonder ton premier groupe de musique.
Pour la première fois depuis deux mois, tu rentrais dans l'infernal bâtiment, guitare à la main et esprit en place. Les élèves te fixaient comme un revenants, ils pensaient que tu étais mort. Tu traversais les couloirs, fier comme roi et tu t'arrêta net en présentant ton projet à tes anciens amis. Bien que réticents -surtout face à ton absence si longue-, ils acceptèrent rapidement. Ce fut Andrew le premier à avoir dit oui, c'était un batteur de génie tu en étais certain et tu le voulais lui plus que d'autres avec toi.

Et c'est ainsi que vous avez commencé à jouer, des reprises de musique dans un premier temps puis peu à peu vous commenciez à écrire vos propres chansons. Ces dernières éclataient comme le tonnerre dans le petit garage d'Andrew, leur tempo déstructuré et destructeur tremblait avec les outils accrochés au mur et ta voix; oui, ta voix. Elle résonnait dans la pièce comme les hurlements des âmes perdus, hurlant au désespoir face à la fatalité de la vie. C'était ça, FWORD.

Août 86 ϟ

Le temps passait et ils commencèrent peu à peu à faire leur preuve sur les scènes locales. Ils réussissaient à toucher un public adolescent, voir jeune adulte mais rien à faire ils se faisaient incendiés sur les critiques locales.

Octobre 86 ϟ

Après avoir continué d'arrache-pied leurs concerts sans jamais perdre espoir, ils ont pu constater les critiques moins mauvaises sur leur musique et plus encline. Malgré tout, personne n'osait accepter qu'ils soient proche du style punk plus que du rock ce qui agaçait le groupe.
Au bout d'un certain temps, un magazine musical national décida de parler du groupe comme étant « prodigieux » et « destiné à de grandes choses».Suite à cela, de nombreuses salles de concerts leur ont demandé de jouer et des tournées dans tout l'Etat étaient organisées. Leur réputation s'est vu monté en flèche ainsi que l'avis des critiques sur le groupe.

Juillet 1990 ϟ

Voilà quatre ans que le groupe est un succès. Lane est devenu l'une des plus jeune star du rock et est souvent considéré comme un génie et ce malgré son addiction à au cannabis.
Ce qui faisait la popularité de Lane auprès des jeunes étaient son idéologie de profiter de la vie autant qu'il le peut. Il savait qu'il n'allait pas vivre longtemps et en profiter au maximum à travers ses fameuses soirées devenant presque des légendes à cause des kilos de drogue qui tournait mais aussi car n'importe qui était invité pour faire la fête avec la star.

Leur musique avait aussi presque changer de bord pour opter pour plus de mélodie tout en gardant des extraits typiquement punk comme sur quoi ils voulaient s'orienter au départ.

Septembre 94 ϟ

Tout le monde était d'accord pour dire une chose: FWORD, c'est commercial.
Mais tout le monde écoutait tout de même sans se lasser, écoutant les sons rock aux sample populaires et aux riffs déjà-vus sans jamais. Les fêtes de Lane étaient encore si populaires, si aimées et si animées qu'on raconte qu'un jour il aurait eu une fusillade dans une de ses soirées mais rien à faire, tout le monde continuait d'y aller. Ce soir-là, la fête battait son plein et Lane, observait les gens se trémousser sous la lumière des néons.
Les recoins de la salle étaient parsemés de dealer faisant leur business. Ce soir-là, il repéra cette fille qui lui plaisait. Ni une, ni deux il se rapprocha pour lui demander de passer la soirée avec lui.

Pouvait-il seulement deviner que cette fille allait lui causer sa mort ?

Après une heure à danser inlassablement sans s'arrêter, ils décidèrent de sortir et soudainement elle lui proposa un plan. Le jeune homme devait la suivre chez elle pour qu'ils puissent avoir une relation charnelle. Dans la voiture en direction de sa maison, elle lui passa un cachet d'ecstasy ainsi qu'un peu de bière pour « reprendre des forces ». Elle promettait la lune, le septième ciel et Lane l'écoutait comme la sirène sur le rocher, chantant aux marins pour noyer sous l'océan. Lane courait vers sa perte. Ils titubèrent jusque l'entrée, s'embrassant et riant. Ils ne voulaient en aucun cas être discret. La maison était propre et nette, elle ressemblait à ces maisons dans les magazines toute prête a être vendue aux plus riches. On pouvait facilement y imaginer la parfaite petite famille américaine avec la mère au foyer, le père travaillant dans un bureau et les deux enfants jumeaux. Ils auraient aussi pu avoir un chien, un labrador. Les labrador ont toujours l'air de sourire. Elle emmenait Lane dans la chambre, certainement celle de ses parents. Pourtant la jeune fille ne ressemblait pas à une adolescente, bien au contraire elle devait avoir la vingt ans passés. Ou peut-être dix-huit. Lane n'était pas en état pour essayer de théoriser sur l'âge de son amante de ce soir. Ils commencèrent alors chacun à se déshabiller et alors qu'ils allaient débuter l'affaire, le jeune homme prit un coup en pleine tête. Puis alors, plus rien si ce n'est que bruit strident résonnant dans ses tympans. Sa tête tombait sur le sol, le regard fixant la jeune femme qui l'observait s'écrouler tout en arborant un sourire satisfait.

Lane fit alors une overdose.

Le lendemain matin, un couple découvrit le corps nu de Lane alors qu'ils revenaient de vacance.

L'une des plus grande star dans le rock était morte.

Q U O R L ϟ

C'était le vide, quelque chose d'ambigu.
Il souffrait à l'intérieur et sentait son cœur le lâcher.
Ses mots étaient plus lent et ses sens moins performants.
Soudain, il était sur ce lit, son T-shirt à la main et cette jeune fille qui le regardait avec fougue et malice prête à s'exercée à la pratique.

Il regarda à gauche puis à droite puis il se retourna soudainement.

Elle le prit par la nique et l'empêcha de se retourner. Il ne devait pas voir qui allait le frapper à la tête mais il put apercevoir une barbe noire et de longs cheveux. Puis à nouveau, le coup à la tête.
Puis à nouveau, l'overdose.
Il sentait à nouveau ce malaise l'envahir et sa tête se fracasser contre le sol. Il l'avait vu. C'était lui. Son plus vieil ami. Son précieux batteur.

Et Lane gisait à nouveau sur le sol de cette chambre, incapable de bouger. Il était encore une fois mort.

r e d e m p t i o n –la vie à Quorl

Quorl était bien différent des Etats-Unis des années 80/90. A vrai dire tout était si différent. Tu rencontrais des gens d'époque lointaine, parfois incertaines et d'autres d'un futur presque proche. Il te fallut d'ailleurs presque dix ans pour ne serait-ce que comprendre le fonctionnement du monde et tout. Il te fallut aussi presque vingt ans pour comprendre que tu ne viellerais et ne mourais jamais sauf par meurtre.

Au fil des années, Lane ,qui se faisait appeler à présent Dread, s'était assagis. Il devenait de plus en plus réfléchis et s'était vite accommodé au mode de vie de Thyos. Néanmoins, il ramenait toujours de la technologie de Nycht dans son appartement afin de vivre confortablement. Il avait même les derniers ordinateurs des années 2020 qu'un ami lui avait appris à utiliser, il se sentait comme un vieux dépassé par les événements.Pour gagner son pain, il jouait de la musique dans les bars-concert de Kafsi.
Il jouait les musiques qu'il avait l'habitude et parfois il se faisait des folies et en composait certaines.

Il lui fut cinq cent ans pour réaliser qu'il avait été tué. Enfin, il l'avait réalisé bien avant mais ne préférait pas y penser. Mais au bout d'un bon millier d'année qu'il commença à se lasser de tout ça, il lui fallait quelque chose qui fasse trembler sa vie.
Thyos n'était pas une ville tranquille mais au bout d'un certain temps on a vite fait de faire le tour des brigands.

C'est alors qu'il décida de changer sa vie. En mille trois cents ans, il supposait bien que Andrew, son assassin, soit mort ? Il voulait lui rendre visite.
THEONS @ SHINE
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Q U O R L :: Personnage :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: