:: Personnage :: Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

HANGED-MAN • R O P E

avatar
Rope
Mercenaire
Messages : 8
Date d'inscription : 04/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 1:39






nom & prénom ϟ Il fut un temps où certains te connaissaient sous le nom de William Earp mais tu avais bien des pseudonymes. Et aujourd'hui, ton véritable nom semble de plus en plus s'effacer de ta mémoire, ne te souvenant que de ton prénom.
surnom de l'ET ϟ L'Espace-Temps à jugé fort drôle de te nommer de la même manière que cet objet qui a causé ta mort. Rope Tu es le pendu, ton nom te condamne alors à te souvenir de cette marque douloureuse qui t'arrache la gorge.
sexe ϟ Masculin
date de mort ϟ 1894
date d'arrivée ϟ 1456
âge ϟ 35 ans
origine(s) ϟ Américaines
orientation sexuelle ϟ Panromantique asexuel (oui rien que ça)
groupe ϟ Thyos
occupation ϟ Mercenaire, tu fais tout ce qu'il t'es demandé de faire pour une poignée d'argent.
référence de l'avatar ϟJesse McCree- Overwatch
pouvoir ϟ
Régénération - Te voilà bien chanceux, tu as cette capacité qui fait que comme la queue d'un lézard, tes membres repoussent. Mais ne t'attend pas à quelque chose de grandiose ! A vrai dire la repousse est très douloureuse et très lente. Il te faudrait une semaine pour faire pousser un avant-bras et deux pour un bras entier. Pour une jambe, ce serait presque un mois ! Tache aussi de bien te nourrir et boire correctement si tu veux une repousse réussie.
i'm many things. Most of them bad.
psychologie de votre personnage ϟ
Rope,de ton vivant tu étais juste terriblement froid, ce gamin qui a fait les mauvais choix, celui qui ne s'en est pas spécialement débarrassé même après cette "seconde vie". Sûrement cette deuxième chance t'as adouci, t'as appris à respecter les valeurs qu'autrefois tu ne connaissais pas, que tu n'as jamais cherché à connaître parce que tu ne faisais que régner le chaos et la discorde sur ton chemin. Et, la Mort mise de côté, rien ni personne ne semblait pouvoir t'inculquer une quelconque valeur correcte dans le crâne.

Avec le temps passé à arpenter Quorl, tu as appris à être plus respectueux envers autrui sans pour autant être toi-même respectable. Qu'il y a t'il de bon en un mercenaire,
en quelqu'un qui fait le sale boulot pour un peu d'argent ? Cela dévore l'ennui
te dis-tu régulièrement voir même quotidiennement. Parce que l'ennui est ton pire ennemi et l'inconscience ta meilleure alliée. L'insouciance car "protégé" par un Esprit qui peut bien se moquer des crasses que tu peux faire sur ses terres. Pourtant tu n'es peut-être plus aussi froid et cruel que tu as pu l'être avant. Tu es bien plus accessible que ce que l'on pourrait croire, devenu bien plus tendre que personne t'ayant connu après la perte de ton bras n'aurais pu l'imaginer.

Oh tu as appris à apprécier les gens, à apprécier autrui. Tu as même, semblerait-il développer un petit côté protecteur pour quiconque semble attirer ton regard. Pour quiconque semble vouloir pencher du mauvais côté de la balance sans en avoir de raisons particulières. Tu sembles en quelque sorte voir ça comme une rédemption, offrir la possibilité à des personnes de ne pas plonger dans la voie dans laquelle tu t'es noyé depuis déjà bien trop longtemps sans jamais véritablement chercher à remonter à la surface, assumant pleinement ce boulet qui te retiens depuis tant de temps au fond des abysses. Tu acceptes ton propre destin, ta propre vie et jamais tu ne souhaites qu'autrui plonge autant que toi. Ton cou ne s'en souvient que trop bien, de cette douleur occasionnée par ce manque d'air. Pourtant, tu ne sembles pas être pour autant la bienveillance à l'état pur. Tu ne l'es pas Rope, tu as été mauvais bien trop longtemps pour vouloir jouer au bon samaritain maintenant. Tu sembles avoir quelque peu du mal avec le fait d'être devenu quelqu'un avec un minimum de bon fond, malgré tout le temps passé, il y a des sales habitudes qui ne changent pas. Ton aversion pour l'autorité, pour ceux qui arborent un uniforme, qui disent être du côté de la Justice n'a pas disparue. La haine s'est atténuée mais jamais tu ne pourras dire respecter pleinement leur statut.

Tu rigoles, tu souris avec franchise et jamais tu ne tournes autour du pot. Pas manipulateur pour un sous, détestant le mensonge à son plus haut point, tu détestes aussi bien le geste que celui qui l'exécute et ne te caches jamais bien longtemps de le faire savoir. Peut-être seras-tu trop franc pour certains, trop direct, aussi violents que les balles de ton pistolet, ton vieil ami qui ne quitte jamais ta ceinture. Et tes mots savent taquiner l'ego, que cela soit par pure provocation ou par simple geste d'affection, tu taquines encore et encore, éternellement, tu rigoles, lances quelques petites blagues, joues parfois aux enfants, lance des blagues qui ne font rire que toi alors que tu ne sais pas particulièrement te tenir. Tes pieds sur la table, tu te balances sur les pieds des chaises, buvant verres d'alcools sur verres d'alcools en ayant fréquemment un cigare en train de se consumer sur tes lèvres.

L'ironie du sort à voulu que tu apprennes à profiter de toi alors que la vie t'as quittée il y a si longtemps.

 
every saint has a past
histoire de votre personnage ϟ
Te souviens-tu, William, de ces corps sans vie, de celui de ta mère qui gisait sur le bois abîmé de votre petite cabane, de celui de ton père qui était accroché à cette branche d'arbre, pendu par le cou. Attaché par une corde, exhibé aux yeux de tous, lynché, ridiculisé. T Ôtant toute fierté, tout honneur, toute chance de sourire comme tous les autres gamins. T'étais le gamin d'un hors-la-loi et d'une femme qui est devenue une catin par sa faute. Toi, tu étais leur maudit rejeton. Le sale gosse bien trop sauvage pour que l'on en tire quoi que ce soit de bon.

On ne t'as jamais donné ta chance, William. Tu ne l'as jamais eue, cette chance d'être quelqu'un de bien. Parce que ta mère à choisi de le suivre lui plutôt que de partir loin de ces histoires sombres, elle a choisi de le suivre, de t'embarquer là-dedans. De vous faire vivre une vie cachée pendant que ton père, que tu ne voyais jamais parce que toujours occupé à faire le chasseur de tête peu scrupuleux. Et souvent, trop souvent vous deviez partir, vous sauver de votre lieu de vie si paisible parce que vous entendiez déjà le bruit fracassant des sabots qui accouraient vers vous. Au final, tu n'as jamais imaginé pouvoir vivre normalement, William, cette chance, on te l'a ôtée sans même t'en donner le choix. On t'as forcé à faire des choses que tu n'aurais jamais faite de ton propre chef. Et tu ne comprenais pas pourquoi vous fuyiez toi et tes parents. Pourquoi à chaque fois, vous étiez obligés de tout laisser derrière vous.

Tu aurais du vivre normalement, tu aurais pu grandir comme un enfant normal. Apprendre à te débrouiller sans en avoir l'obligation absolue, sans avoir l'impression d'avoir cette guillotine au dessus de ton cou à chaque seconde de ta vie. Tu n'as jamais été ce gamin véritablement épanoui. Toujours à vivre dans une peur dont tu ne connaissais même pas l'origine, une peur que l'on t'a inculquée dès tes premiers pas. Tu aurais du vivre normalement, respecter ces personnes portant cette étoile sur leur manteau et ne pas les fuir, ne pas les craindre. Et encore moins te mettre à les haïr. Mais comment aurais-tu pu faire autrement, comment ne pas te mettre à les haïr, ces hommes qui ont massacré ta mère, qui ont capturé ton père, l'on lynché ? Comment ne pas haïr ces hommes qui t'ont épargné parce que tu n'étais qu'un gosse, un pauvre enfant innocent, qui n'avait rien à voir avec tout ça. Quelle belle blague

Il ne t'aura pas fallu longtemps pour te retrouver affamé, le regard noir de haine qui hurlait cette envie de mettre à feu le monde entier. Tu étais si misérable à ce moment là, si misérable que l'on détournait le regard de toi, que l'on murmurait des choses quand l’on croisait ton petit corps tout maigrichon. Et puis il y eu cette main qui s’est tendue. Que regardes-tu avec ces yeux, gamin ? Tu t’en souviens encore de cette voix grave, et tu ne pourrais pas remettre un visage, un nom, aujourd’hui tu ne pourrais pas tout simplement te souvenir d’autre chose que cette voix qui te paraîtrait juste si familière. Et tu l'as attrapée cette main, avais-tu seulement un autre choix à ce moment ? Tu ne l'as pas lâchée cette main, pendant tant d'années tu t'es retrouvée à compter sur elle pendant qu'elle utilisait ta rage de vivre, de survivre. Ils n'ont jamais cherché à l'apaisée, ta colère, cette rancune qui te rongeait les entrailles et qui te dotait d'un regard si terriblement noir, au contraire, ils l'utilisaient. Parce qu'ils savaient pertinemment que la rage de quelqu'un était certainement l'arme la plus utile. Et plus tôt elle se manifestait, plus facile elle était à entretenir. Alors ils l'ont entretenue, encore et encore, années après années alors que tu ne devais avoir que dans les 17 ans tu étais déjà un bon tireur et excellent cavalier.

Tu as grandi, tu as pillé, volé, massacré et errer avec un groupe qui n'avait rien de respectable. Ta colère ne s'était pas atténuée et tu ne prenais aucun plaisir à faire ce que tu faisais. Tu le savais. Pourtant tu semblais penser que cela pouvait être jouissif de voler ces étoiles en métal que ces hommes de lois arboraient fièrement sur leur poitrine. Et il n'en était rien, cela ne te soulageait pas, ne te calmais pas. Tu ne te sentais pas mieux, pour autant. Rien de tout ça n'avait réellement de sens pour toi et plus le temps passait et moins il en avait. Moins tu pensais à tout ça, aux potentielles conséquences de tes actes. Tu étais un si bon tireur de ta main gauche, cela en étonnait plus d'un, tous arboraient leurs armes à droite et toi, tu la portais à gauche. Bill le gaucher, petit surnom affectif que l'on te donnait et qui permettait de te reconnaître avec une facilité déconcertante.  Tu aurais pu juste te contenter d'être ce gaucher, celui qu'on connaissait sous ce nom. Et puis finalement, non. Il en était autrement.

Ton bras avait déjà été blessé, écorché, abîmé, ton corps entier avait des cicatrices alors que tu n'avais même pas 25 ans. Mais il y eut celle de trop, celle qui a fait que tu allais devoir t'arracher le bras. Un pillage ayant mal tourné, tu t'es retrouvé avec le bras empalé par de la ferraille, la blessure s'infecterait et ton bras allait resté inutile peu importe ce que vous pouviez tenter. Alors la décision à été prise, elle venait de toi. Tu souffrais le martyr dans tous les cas. Oh tu as hurlé, tellement hurlé qu'on aurait pu croire que l'on te donnait la mort. La plaie cautérisée violemment par la chaleur, tu souffrais tant que tu es resté inconscient un certain temps. Et à ton réveil, si la douleur physique n'était plus aussi intense, toi, tu étais intérieurement détruit. Ton bras fétiche, celui qui faisait de toi ce que tu étais...N'étais plus qu'un misérable morceau de viande charcuté. C'en est fini de toi, William, laisse tomber. Non. Non tu savais que ça n'était pas la fin, les mots que l'on venait de te balancer, te demandant d'abandonner tout espoir, d'abandonner toute idée de continuer, de se rendre aux autorités et de se faire pendre comme un miséreux. Ah. Non...tu étais trop fier pour faire ça. Puis ton pistolet, tu l'as repris en main, de ta main droite tu t’entraînais, tu voulais retrouver cette adresse qui était propre au membre perdu.

Années écoulées, adresse retrouvée. Tu sévissais de nouveau, beaucoup de temps après, mais tu avais recommencé, petit à petit ta hargne se faisait de nouveau sentir et "Le Gaucher" était devenu "L'Estropier". Tu n'étais pas infaillible loin de là, tu étais même bien moins bon qu'avec ton autre bras éternellement perdu. Tu n'étais plus aussi habile à cheval non plus. Mais tu survivais. Tu étais persuadé de pouvoir survivre. Tu pensais réellement pouvoir survivre si tu restais avec eux. Mais eux, qui pensaient que tu te remettrais vite sur pied, que tu retrouverais ton adresse car tes yeux possédaient toujours cette même lueur, ils ont compris, que tu n'étais plus aussi bon. Et lorsque les choses ont un peu trop tourné au vinaigre. Lorsque les choses n'étaient plus aussi faciles, ils t'ont abandonné. Ton cheval abattu lors de votre fuite, abattu par «un camarade». Attrapé misérablement par ceux que tu haïssais tant. Tu en rigolais, tu riais de ton malheur. On te prenait pour un fou, mais tu n'étais juste qu'un Homme désespéré face à la Mort évidente qui s'offrait à toi.

Et cette corde qui s'enroulait autour de ton cou, tu l'as sentie, elle frottait ta peau. Te narguait. Et tu regardais les personnes réunies autour de ton échafaud de fortune, tu les voyais te fixer avec des regards pleins de mépris. Sachant pertinemment qu'il n'y aurait personne pour te regarder avec les mêmes yeux que toi tu avais. Tu avais peur, William, tu sentais le cheval vouloir se dérober en te laissant mourir là, comme lui et ta gorge se serrait de plus en plus d'elle même. Tes yeux s'embrumaient. Un soupir lâché et voila que tu sentais finalement tout le poids de ton corps accroché à cette corde.

Et finalement, toi qui ne voulait pas finir comme lui, tu es mort de la même manière.

Et on t'as fais revenir. Tu t'es revu, tu n'avais pas encore la corde autour du cou et pourtant tu comprenais. Tu en as rigolé encore alors que tu étais encore dans ta cellule alors que le brouhaha des personnes réunies pour "le spectacle" se faisait entendre. La cellule s'ouvre "Joues pas au con, le manchot.". Cette phrase qui ne t'avais pas fait réagir la première fois te fais maintenant comprendre ce que tu dois faire pour ne pas finir comme lui. Tu fais le sage, pour que l'on te laisse un peu tranquille, tu fais celui qui est tétanisé, ils t'ont laissé en paix la première fois, ils le referont cette fois...Oui..tu en es sûr. Et tu attends quelques instant avant de te débattre avec violence tu donnes des coups dans tous les sens, on essaie de t'arrêter et la personne qui se retrouve en face de toi se voit avoir tes dents plantées dans son cou, t'essaie de lui arracher la peau. Et par reflex de sécurité, on t'assènes une balle dans le crâne.

Tu n'as pas cherché à éviter la Mort...tu ne voulais pas de cette corde autour de ton cou. Non..tu ne voulais pas.  


  
every sinner has a future
et maintenant ? ϟ
Oh...l'Espace-Temps s'est tant moqué de toi, tu le sais bien, que ce nom que l'on avait collé à ta peau, que celui qui te suivrait ici était une énorme blague, une énième provocation. Rope toi qui ne voulais pas finir ta vie à cause de cet instrument de malheur, l'on t'avais imposé d'en porter le nom. Au début, rien n'avait changé pour toi,
tu étais toujours aussi mauvais, Thyos n'était pas une région propice à te calmer un peu.
Non, tu étais véritablement une boule de nerfs ambulante. Il t'aura fallut longtemps,
si longtemps pour comprendre que de te débattre dans la haine ne menait à rien. Alors tu as appris à vivre autrement, petit à petit, rencontres après rencontres tu te calmais,.
 Tu apprenais à ne plus être ce gamin turbulent, mais à agir peut-être un peu plus comme un adulte. Un adulte ne voulant pas jeter son arrogance, son irresponsabilité et son manque de manières.
Bonjour, je suis la joie de vous voir enfin de retour...je...je... mon coeur peut pas le tenir. Voila, je vous aime.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alastair
Peintre
Messages : 239
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 2:55
AAAAAAAAAAAAAAAAAH RE BIENVENUE

J'adore l'image qui sert d'icone a la fiche c'est ♥

J'ai hâte de voir le reste



thanks ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dread
Send him nude
Messages : 150
Date d'inscription : 31/05/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 3:00
je t'aime

t'es mon daddy mtn
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Typerä
Acrobate
Messages : 30
Date d'inscription : 01/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Juin - 14:38
HELLO
Ça sent le perso COOL ici!

BIENVENUE


Mes avatars on été fait par des gens merveilleux huhuhuhu (aka Alastair et un père Noël)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Date d'inscription : 03/06/2017
Age : 19
Localisation : Voreios
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 2:54
Ce perso tellement.... "Rape" est so sex *^*
RE bienvenue !! :D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alastair
Peintre
Messages : 239
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Juin - 16:27
C'est le moment du dit pavé pour faire bonne figure

Alors, j'ai adoré ta fiche, même si j'avoue j'ai mis du temps à lire le caractère et j'ai lu ton histoire d'un traite, c'était l'inverse pour Dread tho

Pour ton pouvoir baaaah on en a discuté en PV donc voilà, j'suis ravie qu'il t'amuse et te plaise, j'espère que tu pourras en profiter et que Rope aime souffrir

Amuse toi bien (((8

(( et oublie pas de recenser ton avatar ))



thanks ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Q U O R L :: Personnage :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: