:: Personnage :: Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I don't think you trust in my self righteous suicide. [Epistula]

avatar
Messages : 76
Date d'inscription : 03/06/2017
Age : 19
Localisation : Voreios
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 19:33






nom & prénom ϟ RASCHENSTEIN Anke
surnom de l'ET ϟ Epistula
sexe ϟ Féminin  
date de mort ϟ Août 2058
date d'arrivée ϟ 3664 (il y a quelque mois)
âge ϟ 30 ans
origine(s) ϟ Allemande (Nationalité: Américaine)
orientation sexuelle ϟ Pan
groupe ϟ VOREIOS (La forêt tu peux pas test!)
occupation ϟ Coudre , mais surtout Ecrire, écrire n'importe quoi des chansons que peut-être personnes n'écoutera, des poèmes ridiculement romantiques  ou encore des lettres anonymes !
référence de l'avatar ϟ Amnésia -Fanart.
pouvoir ϟ poète maudit ×

Quand tu écris, parfois, tu décris la réalité, tu décris ce que tu aimerais qu'il se produise. Tu te bases sur la réalité et tu te rends compte que tout ce que tu écris finit par se passer. Parfois, tu notes simplement ton voeu de voir un objet plus proche de toi et dans les minutes qui suivent, l'objet en question est exactement là où tu te l'imaginais. Puis d'un coup, tu réalises que plus tu écris, plus ce que tu désires est puissant, moins ton corps te réponds, exactement comme avant. Parce que tu chamboules l'ordres des choses dans ce monde, que tu agis sur la réalité, ton corps perds de sa force. Plus tu écris, plus tu uses de ce don, plus ton corps se meurt laissant à ton esprit tout ton génie.

Toi aussi tu as ton grain de folie, n'est-ce-pas ?
psychologie de votre personnage ϟ
"Je suis persuadé qu'un jour, notre soleil s'inclinera, les nuages s'effaceront comme la gomme efface le graphite et le ciel se ventera une dernière fois de sa belle couleur bleuté."


Caractère ante-mortem:
 


 
Caractère Post-mortem:
 
Am, stram, gram
histoire de votre personnage ϟ

Premier souvenir de l'enfance:
 

Second souvenir enfance:
 

Anke a grandit  dès ses 8 ans dans une famille d'acceuil.  Elle était de ceux dont les parents biologique manquerait pour toujours à l'appel. Contrairement à son ancienne maison, la technologie avancé qu'il y avait chez elle n'était pas présente. Chez papa et maman il y avait tous le garage remplie d'outils de papa de ses armes et surtout de ses grenades cryogéniques !  

Petite fille renfermée sur ses peurs et ses cauchemarde, Anke allait se confier tous les lundi matins a une jeune femme chez qui il fallait tous dire et qu'il fallait payer pour 1h de discussion. Mais c'était sur ordre de sa nouvelle maman et les psychologue se faisais rare, c'était presque un luxe par les temps qui cours.

Quand la psychologue lui posais une question, Anke répondait mais en contre partis la rouquine lui en posait une sur ce qu'il se passait dehors. Depuis quand la guerre civil dure ? Pourquoi déteste-on ceux que l'on appelle " nobody " ?  Pourquoi maman as avalé des explosif après avoir découpé papa comme du saucisson? Mais tous cela cessa rapidement. Quand la rouquine appris que les secrets qu'elle confiait à sa "confidente" était raconter a ses parents, elle refusa d'y retourner.

Par moment Anke repensait à son petit camarade de classe Peter, avait-il déménager ? Elle avait cru une fois l'apercevoir en direction de l'aéroport. Ce même après-midi, elle lui avait envoyé une petit lettre pour lui donner rendez-vous à l'endroit "secret". Durant toute la journée de Samedi elle l'attendit. Il n'était pas venu.



Arrivé au lycée, le papier était devenu son seul échappatoire. C’était un étrange hobby quotidien qu'elle avait développé là. De son temps, plus personne n'écrivait par lettres.

Après le lycée, à contre cœur, elle s'orienta d'abord vers des étude de médecine au plus grand plaisir de sa famille adoptive. Mais au détour d'un entrainement à une biopsie, elle fût contrainte de s'arrêter à l'obtention de son master 1. Anke ne supportait plus le rythme des cours et la vue du sang, ni d'un quelconque corps cadavérique.



L'année suivante, elle fut envoyée à la capitale de France, Paris. Coincée dans un petit appartement de 10m² dans le 13ème à Paris, la jeune femme fêtait son 23ème anniversaire avec pour ambition d'étudier les lettres. Même si elle ne le fêtait plus vraiment depuis ses 16 ans, cette fois-ci elle prit le temps de fait quelque course et de se mijoter un bon petit plat. Après manger, sur le rebord de sa fenêtre, Anke sombrait peu à peu dans les méandres de son passé, un spirituel verre de bière à la main. L'air du soir était frais et les étoiles illuminaient le ciel de Paris, effaçant la crasse et la puanteur de sa rue, elle se resservit un autre verre, puis encore un, toujours en réfléchissant "Pourquoi moi?".

Ruminez le passé n'est jamais de bonne augures. Une fois sa seconde bouteille d'Affligen Tripel blonde, 75cl à 8°c terminée, elle s'était écrouler contre son lit clic clac. Le lendemain matin, la main droite contre son front, épluchant les petites annonces, sur la région Parisienne, elle décrocha son tous premier job. Quelque semaine plus tard, Anke entra dans une faculté de lettres où elle rencontra un jeune homme avec qui elle échangeait beaucoup puisqu'il venait aussi d'Amérique. Plus rien n'était comme comme avant, comme ci quelqu'un aurait désiré le changement.

Cependant, vêtu d'un simple sweat rouge à l'effigie de la supérette dans laquelle elle travaillait, Anke gardait toujours deux, trois flasques de whisky dans ses larges poches de son pantalon noir lorsqu'elle en estimait le besoin.

Tout employeur peut se retrouver confronté, un jour ou l'autre, à l'alcoolisme d'un salarié lorsque celui ci en montre les signe. Et c'était le cas du patron d'Anke. La difficulté sa situation psychologique n'arrangeait rien pour trouver les mots juste et approprié. C'est au second mois de son contrat qu'un soir, lorsqu’elle poussa la porte de sa supérette, son patron lui tomba dessus.

"Il est interdit de pénétrer dans l’établissement en état d'ivresse ou d'y introduire ou d'y consommer des boissons alcoolisées. Vous êtes licencié Anke..".

Les preuves étaient irréfutables. Ce soir-ci, elle jeta tous pack d'alcool à la poubelle. Anke travaillait la rédaction et la poésie d'arrache pied. Autant dans le succès que dans l'échec jamais elle n'abandonna et c'est ce qui lui a valu un bon petit lectorat. Mais les meilleurs textes qu'elle produisait était lorsque les larmes ne pouvaient s'arrêter de couler, tous comme l'alcool qui revient à l'accompagner peu à peu.


Ses études touchèrent à sa fin, la jeune femme avait depuis ses dernier mois perdu énormément de poids sans raison apparente, la faim se faisait de plus en plus rare et la soif avec. Son ancien camarade de FAC Américain, Alex restait par moment à ses côté durant des après-midi entière car souvent la jeune rouquine sentait ses jambes se dérobé. "Une espèce de fatigue musculaire" voilà comment Anke appeler ces chutes de plus en plus récurantes. Jusqu'au jour ou, la suite de violent picotement dans les bras, elle n'ai pas réussi à se relever. A l'époque Alex l'avait emmener en voiture aux urgences car la chute c'était passé de nuit.

C'était une SLA, Sclérose Latérale Amyotrophique. (à tes souhaits)

Une maladie dégénérative. Sans traitement. Cette maladie est plus connu sous le nom de maladie de Charcot. Rare pour une jeune femme de 28 ans. Les antécédent médicaux avaient révélé que la maladie avait sauté une génération. La rouquine avait été envoyée le soir même dans un centre spécialisé.

Un traitement de ralentissement avait été mis en place et des rendez vous tous les trois mois aussi. Mais bientôt la maladie envahir les mains, les bras, les hanches puis le tronc cérébral, jusqu'à ce qu'elle ne puisse que cligner des yeux. Cependant elle gardera toute ses facultés intellectuelle, l’ouïe, le goût, la vue et le toucher. La douleur s'emparera de son corps et la rongera jusque dans ses entrailles. Elle devra endurer cela jusqu'à ce que son cœur s'arrête, dans environs 3 à 5 ans. La jeune femme resta dans le dénis durant les premières semaines. Le choque psychologique était tel qu'elle ne réagissait même plus aux petits plaisirs de la vie.

La forme spinale qui affectait les muscles de jeune femme avait continuer à évoluer les semaines suivante, peu à peu l’atrophie se logea doucement dans les mains. Alex qui, généreusement, s'occupait de ses taches quotidiennes, voyait bien que bientôt elle ne pourrait plus écrire.

Plus la maladie avançait, plus Anke était incapable d'être indépendante. C'est pourquoi au bout de son 6ème mois après la découverte de la malade, elle fût placé officiellement dans une chambre à l’hôpital spécialisé. Orthophoniste, kiné et psychologue était devenue son quotidien. Quand les crampes ne la réveillait pas en plein nuit, elle ressentait comme des décharge électrique dans chaque futur membre atrophié.

Anke sentait bien que cette maladie marchait par étape, D'abord les jambes, les bras puis maintenant les vertèbres. Ça faisait déjà cinq jour qu'elle luttait pour ne pas que ça tête tombe en avant, les cervicale commençait à être atteintes. Mais c'était son dernier combat lutter pour continuer à regarder ses mains encore valide récrient. Seulement la minèvre lui fût mise de force a la fin de la semaine. On ne peux pas reprend le contrôle d'un membre dont le système nerveux est arrêté.

Durant la période où Anke s'était gorgée d'espoir et luttait contre cette maladie, elle ne cessait de pleurer car les effort étaient vain, elle se fatiguait à lutter contre une maladie qui de toute manière la mettrait dans un état végétatif quoi qu'il en advienne. C'était un moment extrêmement difficile où se mêlent sentiments d’impuissance, de colère, d’injustice et de désespoir.

Mais cependant chaque matin, chaque soir elle ne cessait d'écrire. Jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus utiliser ses doigts. Mais il fallait montré qu'elle était heureuse pour que son entourage le soit aussi. La seconde année passa entre douleur, incapacité de parler, bouger puis de respirer.

"Les traitement ne sont la que pour allongé la durée de vie, juste à me faire subir la douleur un peu plus longtemps, je comprends, je sens, je vois tous ce qu'il y a autour de moi, mais je vois surtout que l'espoir n'a rien a voir avec la vie".


Date: Aout 2058  
Heure du décès: 05h32
Diagnostic: Arrêt respiratoire et surdose de morphine.


C'est dans une chaude nuit d'été qu'Alex, sous la demande de sa compagne et de plusieurs pétitions, débrancha l'aide respiratoire et appuya à de multiples reprises sur le bouton de la prise de morphine.


___________________

Comme dans les vieux CD, comme ci l'on avait appuyé sur le bouton replay, Anke voyait son compagnon arrivé, l'air sombre vers la machine d'aide à la respiration. Prise dans un élan d'adrénaline, elle comprenait ce qu'il venait de se passé, même si le doute était présent elle revivait ses derniers instants. Elle avait encore tant de choses à faire. Et c'est aujourd'hui malgré la maladie, qu'elle réalisa qu'elle n'était plus seule et si elle le voulait elle continuera a vivre dans l'espoir d'un jour meilleure. Finalement, ce n'était qu'une question de volonté qu'elle n'avait plus eu. Ne pouvant se débattre, elle écarquilla les yeux vers son conjoint, essayer au mieux de bouger pour exprimer la volonté de ne plus mourir. Dans un petit bruit sourd de suffocation, elle parvenu a faire sortir du plus profond de sa gorge un petit "non". Son conjoint l'avait à cet instant longuement regardé d'un regard interrogateur, elle qui était tellement sur de vouloir en finir... Un sourire s'esquissa sur les lèvre d'Alex qui serra dans ses bras le corps endormis d'Anke qui finalement avait décidé d'affronter la vie en allant dans le sens de sa maladie.

On c'est tous déjà réveillé avec cette sensation de chute libre
et maintenant ? ϟ


Réveil en sursaut.

Dans une clairière de Voreio. La forte lumière du zénith éclairait son visage rougit. Étrangement, sans l'ombre de coups si trace de violences, les yeux gorger de larmes, les gouttes lui perlaient doucement ses joues. Une petite marque encore rosé sur sa gorge était en train de disparaitre. Inspirant à fond elle poussa un long soupir. Or lorsqu'elle se redressa, assise, elle balaya de son regard ambré, les alentours. Un grand vide envahit dès alors son esprit.

Mais où était elle ? Qui était-elle ?

La tête lui tournait toujours un peu. Respirer était à chaque inspiration une sorte de soulagement. Comme lorsque l'on manque de sucre dans le sang, elle sentait ses forces la quitter, sensations bizarrement familière. Puis une voix roque se mit à résonner. Était-ce en elle ? Était-ce à l’extérieur.

"Désormais tu te prénommera Epistula".

Un enchainement de flash lui apparurent pendant que la voix neutre lui dictait où elle était, comme un long documentaire que l'on voit souvent à la tv mais en un peu plus rapide. Puis Anke ne vit plus, rien se fut le néant, le noir intense. Elle s'était évanoui. Quand elle rouvrit les paupières, le vent nocturne agitait ses quelque boucles contre son poitrail. A ses côté un jeune homme, aux air de voyageur était assis, regardant les étoiles. Aucuns bruits, aucuns geste brusques n'aurait pu trahit l'expression de sa contemplation par rapport a ceux ciel rougeâtre devenant bleutée parsemé d'étoiles.

C'était déjà il y a 92 lune (soit 3 mois, mais Anke compte en Lune). La rouquine changea alors ses habitudes de bute en blanc. Le jeune homme qui l'avait mené jusqu'à cette auberge pour qui passé la nuit lui expliqua un peu la cartographie de la région pour plus de repère. Un monde vide s'était étendu devant elle. A part longuement soupirer, Anke ne cesse de repenser à ce qu'il s'était passé, pourquoi est-ce-que ca du se passer comme cela ? La où elle a atterrie ne lui dit rien sur ce qu'il risque de ce passé dans l'avenir. Par moment, la rouquine est frappé de lancinante migraine.

Chaque jours semblent toujours être les mêmes, sous ce ciel monochrome qui se projette sous ses yeux clair. Sa première journée dans ce nouveau monde fut très guidé. Anke vient a comprendre très vite que tous les habitants était à peu près tous conscient de ce qu'il leur était arrivé. Dans sa petite chambre, elle écrit tous les soir pour raconter sa journée sur du papier a lettre qu'elle avait découvert dans l'un de ses poche en arrivant la veille à l'auberge.
Oh !    Eh bien si ce petit encadré est fait rien que pour moi je ne peux pas, ne pas le remplir ♥  

Alors voili voilou, je suis un petit Mathou de 19 ans en Animation (cinéma d'animation). J'adore le dessin mais les maths c'est une autre histoire d'amour un peu chaotique..

Breffons ! A part ca bah... j'aime les pastèque et surtout les pommes et les fraises... mais pas les endives. Ma couleur préférée c'est le JAUNE. Bon pas le jaune saturé comme çà, mais un peu plus orangée.

Passons au chose sérieuse... J'aime ÉNORMÉMENT ce forum. Surtout du type post-mortel, avec l'idée d'un seconde vie et tous ce qui va avec ~♥ Merci à tous ceux qui on participé à la V2 de ce fofo que je ne connaissais pas avant cette dernière ! Aussi je m'excuse pour toutes les fautes que j'aurais oublié : c
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Typerä
Acrobate
Messages : 30
Date d'inscription : 01/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Juin - 0:19
HAHAHAHA
Les verts, bon choix (apparemment à Voreios on est tous roux dis donc )

Ton perso est âqpjdsozapefqiz
J'ai adoré lire ta fiche ! Et je sais pas pourquoi, je m'attendais à un truc joyeux et tout au début, imagine le choc
Tout les feels dans l'histoire gosh, c'est magnifique ahaha

BREF
BIENVENUE


Mes avatars on été fait par des gens merveilleux huhuhuhu (aka Alastair et un père Noël)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dread
Send him nude
Messages : 150
Date d'inscription : 31/05/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Juin - 17:07
(j'ai la flemme d'aller chercher le code)


VOILA TU ES ENFIN VALIDEE BB
j'espère que ton pouvoir te plaira !

Ta fiche est GENIALE y a rien à redire tu mérites clairement d'être validée et elle se lit bien plus vite qu'elle en a l'air !
En tout cas bon courage sur le forum (et ton p'tit message sur le forum, j'suis touchée omg ;;;)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Q U O R L :: Personnage :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: