:: Quorl, nouveau monde :: Thyos :: Kafsi Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Verres croisés. Epistula

avatar
Adriel
Barman et Coyote
Messages : 194
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Juin - 23:58
Verres Croisés
Epistula et Adriel
Encore un soir, dans le même col-tard,  elle était plongée dans la pénombre du bar dans lequel elle travaillait habituellement. Pourtant, aujourd'hui, c'était son jour de congé. Jour de congé qu'elle avait passé à tourner dans Kafsi sans occupations apparentes, alors étrangement, elle avait fini sa route ici, comme si tout était relié à cet endroit, et qu'il semblait être le centre de son monde. Peu importe quel chemin elle avait pu prendre, elle était retombée ici. Elle avait donc décidé que cela était un signe du destin, et que cela méritait quelques verres de vins.

L'ambiance était plutôt sage, tout comme le visage d'Adriel qui était empourpré par la chaleur d'un rouge assez vif. Cela pouvait s'expliquer de par l'alcool qui circulait déjà un peu dans son sang, et  le soleil avait un peu trop tapé sur son visage au cours de la journée...  Elle affichait une mine décontractée, elle ne cherchait pas vraiment quelque chose et avait accepté l'ennuie si ce n'est qu'elle ne regardait les personnes sortir et entrer d'un air non-chalant. Dans le bar, il y a les nouveaux visages, et les anciens, ceux qu'elle n'a jamais vu, et ceux qu'elle voit presque tout les jours. Dans un sens, elle trouve ça triste de savoir que des personnes sont aussi addictes à l'alcool et à la sensation que cette boisson donne, pourtant elle aussi à fini par y céder, à consommer régulièrement jusqu'à l'accepter. Au fond, elle a peur d'arrêter, elle peut de stopper ce qu'elle a commencé, car elle ne sait pas à quel point elle y est attachée. Se rendre compte de ce fait pourrait peut-être l’apeurer, ou même la faire tomber plus bas, alors la question était résolue. Un choix facile, elle allait continuer, faire comme si de rien était. C'était une normalité.

La main posée contre son verre à pieds, elle laissait tourner le vin rouge et regardait sa couleur pourpre. C'était joli, proche de celle du sang, mais assez translucide, cela lui rappelait sa mort, noyée, le corps percé par une balle, et son sang s'écoulant dans les flots alors que la mer l'emportait...  Il ne fallait pas y penser, il fallait oublier. Adriel se disait qu'elle n'y connaissait rien en vin, finalement. Elle avait beau regarder sa couleur, aucune informations ce lui venait à l'esprit si ce n'est que son goût et sa quantité d'alcool lui suffisait, à son gosier et ses papilles. Quelque chose lui fit arrêter ses mouvements fluides et doux pour ne laisser voir qu'une silhouète floue.

Un sentiment de déjà vu parvint à son esprit. Un air d'étonnement vint prendre les muscles de sa face. Il y avait cette femme, elle la voyait souvent ici, quand elle travaillait. Elle consommait beaucoup et ne finissait jamais sa soirée dans la sobriété. Adriel avait prit l'habitude de la servir, parfois elle lui avait un peu parlé, mais pas assez longuement pour connaître les raisons qui la pousse à se renfermer derrière tous ces verres. Elle était plutôt jolie, avec ses longs cheveux roux, elle lui rappelait quelqu'un qu'elle avait connu de part ce trait. Posant son verre sur la table, elle se redressa et saisit sa bouteille, ainsi que le châle qui servait à lui servir le corps le jour, et la couvrir du froid du désert durant la nuit. D'un pas maladroit, elle s'approcha de la rouquine dont elle n'avait jamais retenu le nom, à croire qu'elle ne lui avait jamais sûrement dit. Se dirigeant jusqu'à la femme, elle posa sa bouteille sur la table, butant presque contre cette dernière.

« Bonsoir, un peu de compagnie ça vous dit ? A boire un petit coup, autant ne pas le faire seule.»

La solitude, Adriel ne l'aimait pas, et pourtant, elle ne voulait pas trop s'attacher non plus. A croire que c'était un peu contradictoire... Sans attendre la réponse de la femme, elle se laissa tomber sur la chaise qui se trouvait derrière elle d'un geste lourd et presque incontrôlé. Ce n'était pas la fatigue, seulement l'alcool qui jouait quelque peu sur sa maladresse, pourtant, elle avait bien toute sa tête.

« J'ai du vin rouge... Vous en voulez un verre ? »

Un sourire accompagnait son interrogation. Elle osait piquer parfois quelques bouteilles dans la réserve. Ils le faisaient tous les employés, tous dans l'abus pour la plupart. Adriel n'aimait pas demander la permission, après tout, elle gagnait assez peu et tentait à profiter de cet emploi qui manquait parfois de rebondissement selon les soirées. Si la femme ne voulait pas de sa compagnie, elle manquerait de bénéficier de plus des diverses boissons qu'elle pourrait désirer et que la blanche pourrait lui apporter sur un plateau d'argent.

J'espère que ça ira ! Je me suis pas relue, j'ai du oublier des fautes, faire des étourderies, je suis désolée, je suis caput !
:')©


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Date d'inscription : 03/06/2017
Age : 19
Localisation : Voreios
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Juin - 12:22
"Verres croisés"
Adriel & Epistula

L'odeur du bois me rappelait la poussière de notre maison de campagne en Amérique. Me levant de mon canapé pour écrire la date sur mon calendrier improvisé, je n'avais plus l'envie d'écrire quoi que ce soit depuis mon arrivée à Quorl. A contrario de parler de date, je devrais plutôt vous dire Lune, puis-qu’ici même je compte mes journées passés en soirées. La longueurs des jours est à ce que l'ennui est au soir.

Puis qu’aucunes de mes pages blanches n'avaient été noirci d'encre, il fallait que je me décide d'aller voir ailleurs. Même si Voreois reste une région très grande et regorgeant de mille chose à explorer, cette envie de voir ce que ce monde me réservait d'autre n'arrivait pas à décroitre. C'est pourquoi sous les bons conseils d'une femme qui habitait un peu plus loin dans les branchages voisins je pris ma décision de décoller !  

D'après elle, il y avait beaucoup trop de chose à voir. Mais si l'envie me tentait d'aller boire un petit rafraichissement, il existait "non loin de là", un bar, plutôt réputé et peut-être le seul de ce monde ! Je n'y connaissais rien à l'époque où je suis arrivée. Avait-elle surement abusée des termes qu'elle avait employé pour dire que ce bar était le premier et dernier vrai bar de Quorl? Après tous, un pub est un pub et il doit y en avoir des centaines d'autre comme celui ci.

Alors, ni une ni deux, enfilant mes bottes en cuire brun et me dirigeais face à la porte d'entrée de ma maisonnette. Le plus fantastique dans toute cette histoire c'est que l'euphorie de pouvoir à nouveau tendre le bras pour ouvrir une porte n'est jamais partit. Dès lors que je me trouve devant ma porte de maison, je suis toute exaltée d'empoigner cette petite boule blanche et de la tourner pour tirer la porté vers moi ! C'est ridicule, n'est-ce-pas..? J'ai l'impression d'être une enfant qui redécouvre son monde. Et ce depuis 121 lunes.

C'est à Thyos que je devais me rendre...  d'après les habitants de Voreois, il paraitrait que c'est une terre aride situé au sud du pays... que tous là-bas n'est que chaos et crimes. Contrairement à Voreois, où l'esprit est aussi bon que chatoyant, à Thyos on se poserait même la question d'un éventuel esprit disparu? Une certaine peur de m'y rendre m'habitais. C'était indubitable. La dernière fois que je m'y suis rendu, j'ai finis par faire une insolation et l'on m'avait suivit. Il fallait penser à l'inverse de Voreois. Mais pour boire, je devais encore me rendre à la capitale. "Là-Haut" alias Kafsi, était cette fameuse capitale. Je n'aurais jamais pu la raté, à la hauteur des montagne de Thyos, cette ville semble un peu plus accessible que le reste de ses terres.

Tout en appréhendant mon sort, j'enfilais une espèce de tenu en lin beige que la bonne femme d'à côté m'avait prêter pour me rendre à Thyos. Peut-être qu'un jour je devrais lui rendre ? Redressant la petit capuche au dessus de ma tête, je refermais alors la porte derrière moi.

Il n'y avait aucun doute, en plus que le chemin m'avait forcer à emprunter plusieurs transport en commun, les voies entre régions ne sont pas si facile d'accès ! C'est lors d'un séjour d'une dizaine de lune à Thyos que j'avais fréquenter ce fameux bar. Après de long et pénible effort, j'étais enfin arrivée ! Les rumeurs n'avait jamais mentis. Cette région avait l'air de l'enfer lui-même, bien que je ne sache pas à quoi l'enfer ressemble...   La dernière fois je ne e souvenais pas que le chemin était aussi long...

Une fois arrivée sur les hauteurs, le vent était un peu plus calme que sur les étendu sableuse. A bout de souffle je relevais les yeux vers quelque bâtiment je vis cette fameuse taverne dont les souvenir m'étaient resté en mémoire. Poussant la porte encore une fois, l'ambiance et le monde qui y demeurait me rappelait l'ennuie et la langueur des jours d'été à l’hôpital. En un peu moins festoyant. Atmosphère lourde, peut d'animation et une odeur de... de je ne sais quoi. Dans un coin du bar, les fesses vient blotti dans un gros fauteuil, je regardait le sable virevolté en dehors. Je ne me souviens pas être sortir de ce bar une seule fois sobre.

Pour être franche je ne me souvient jamais lorsque je sors de ce bar. Un verre de pastis vide à la main une voix embrumé me sortir de longue pensées somnolente.

« Bonsoir, un peu de compagnie ça vous dit ? A boire un petit coup, autant ne pas le faire seule.»

C'était une jeune femme au long cheveux clair. Les pommettes et le dessus du nez rougit, sans doute par sa bouteille de vin qu'elle venait de posé sur la table avec un peu de maladresse.

« J'ai du vin rouge... Vous en voulez un verre ? »

Ne pouvant m'empêcher d'esquisser un sourire d'amusement, je tendit mon verre cubique dans la bouteille et me servit dans attendre quoi que ce soit. Cette femme était l'une des serveuse de se bar dont j'avais l'habitude de croisé et discutailler durant mes cours séjour à Thyos. Les parlotte autour d'un verre ou deux.. pour ne pas dire bouteilles.

"Le vin rouge ne se refuse jamais par les temps qui court, n'est-ce-pas ? De plus je n'ai même pas à payer !" déclarais-je

Tous ce petit jeu m'amusais exécrablement. Les verres défilaient à une allure habituel. Était pour combler quelque chose ? Un vide ? Un manque ?

Cela faisait bien longtemps qu'il n'y avait plus aucune raison à boire avec excès. De mon vivant, l'abus d'alcool était pour développer mon sens artistique, mais finalement les excuses de moins en moins performante et convaincante, je me suis résolu à ne plus me justifier au bord d'un verre.

"Tu n'es pas de service pour boire avec moi ce soir..?"



Info:
 
© ASHLING POUR LIBRE GRAPH'


   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adriel
Barman et Coyote
Messages : 194
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Juin - 1:34
Verres Croisés
Epistula et Adriel
L'autre femme, elle se mit à sourire. Se moquait-elle ? Adriel commença à froncer les sourcils, prête à se vexer, mais elle se souvient qu'elle avait déjà bu depuis un petit moment et que les effets sur sa face devait être bien visible. Même le soleil se faisait sentir sur sa peau, cette dernière se tirait, elle picotait. A s'imaginer les joues rougies, elle se disait qu'elle devait ressembler à une ivrogne, mais peu importe, cela devait être amusant après tout. Elle ne préféra pas s'énerver. Elle préféra comme se contenir de montrer sa brutalité encore consciente de ce qu'elle ressentait et de l'extérieur. Seuls sa gestuelle semblait être un peu plus lourde et lente qu'à la normale, un peu brusque et maladroite. Était-elle mignonne, ou juste ridicule ? Adriel se posait la question, un peu gênée, mais trop fière pour l'admettre.

Ses yeux se posèrent sur la femme qui se servit donc de l'alcool. Elle se servait de manière conséquente, mais Adriel n'allait rien en faire, cette bouteille elle ne l'avait même payée. Elle regardait le liquide couleur sang se noyer dans le verre. Le vin avait atteint les trois quarts de son verre cubique. La blanche se contenta de regarder la scène, de manière futile et un peu perdue, la tête dans le brouillard jusqu'à ce que sa voisine qui semblait plus enthousiaste au fait de pouvoir boire un coup. Cela fit donc sourire la barman. Les coins de ses lèvres vinrent grimper le long de ses joues et de sa mâchoire fine et carrée pour illuminer son visage pourpre. Sourire facile, alcool léger, elle était assez décontractée,

« Raison de plus pour profiter ! Un verre ne se refuse jamais. »


La blanche chercha aussi son verre pour se servir, mais elle ne le vit pas. Elle se mit à froncer les sourcils, le cherchant alors même sous la table, sur la chaise à côté d'elle... Mais rien. Puis elle revit la table où elle s'était posée il y a quelques minutes et le revit. Pourtant, il était trop loin, elle fit donc la moue, comme pour se plaindre. Il était trop loin pour son bras, et elle n'avait pas envie de bouger, de montrer qu'elle n'arrivait déjà plus bien à marcher sans tituber, sans se cogner brutalement. Elle se gratta donc la tête écoutant la question de sa voisine de table. Non, elle n'était pas de service, effectivement. Il lui arrivait parfois de prendre des jours, il lui arrivait parfois de se dire qu'elle avait besoin d'être un peu seule. Pourtant, elle regrettait presque instantanément ensuite, comme si elle n'en était pas capable, comme si la solitude était une trop tare comme laquelle elle ne pouvait lutter, alors elle retombait ici.

« Non, bien joué ! J'ai décidé de prendre ma journée... »


Elle marqua une pause de quelques secondes.

«  Et toi, tu viens encore jusqu'à Thyos pour boire, encore seule, encore si tard ? »
C'est vrai que la rousse venait de loin, Adriel ne comprenait pas pourquoi elle venait de si loin pour s'abreuver. L'alcool de Thyos n'est pas si différent des autres, du moins elle le pensait. Adriel avait voyagé longuement dans les autres régions, elle s'était déjà heurtée aux autres bars et auberges des autres zones de Quorl. Peut-être qu'à Voreios l'ambiance est moins bonne, ou peut-être qu'elle avait eu un coup de foudre pour un habitant d'ici... Dégoûtant se disait Adriel, si c'était le cas. Mais cela ne semblait pas être le cas, et heureusement. L'amour n'est pas le bienvenue ici. Ici les gens ne daignent pas développer des sentiments. Néanmoins, la rousse venait déjà depuis quelques temps, elle ne savait combien de jours, elle ne savait combien de nuits.

Adriel appela un de ses collègues et demanda de lui apporter son verre. Celui-ci se mit à rire voyant qu'elle devenait un peu tête en l'air. D'un air blasé, elle lui signala la table où il se situait et il revient quelques secondes ensuite lui apportant. Une fois qu'il l'eut posé sur la table, elle le regarda d'un air sérieux, comme pour lui dire de partir et de les laisser tranquilles, ce qu'il fit. Elle n'avait pas besoin de le faire, mais l'alcool parlait pour elle et la faisait un peu surgéagir. Sa main attrapa la bouteille et elle se servit à son tour, d'un air jovial et contenté. Puis elle déposa la bouteille de nouveau sur la table, mais fit un effort pour la déposer délicatement, et doucement sur la table, d'un air innocent.

« Tu viens de plus en plus souvent en ce moment... »


Ce n'était pas une critique. C'était dit sur un ton neutre. Une remarque, simple. Il était vrai que sa camarade de beuverie de cette nuit venait de plus en plus souvent ces derniers temps. Adriel était quelqu'un de curieux, mais elle ne posait pas de questions, elle préférait le faire implicitement...


C'est un peu maladroit des fois, mais j'espère que tu en auras assez pour rep ! (oui adriel je la joue pas douée saoule ) mon code couleur ©


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Date d'inscription : 03/06/2017
Age : 19
Localisation : Voreios
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Juin - 13:34
"Verres croisés"
Adriel & Epistula


La chaleur semblait plus forte chaque seconde, même si les secondes devenaient des minutes et les minutes de heures, la chaleur ambiante semblait m’oppresser de l’intérieur.  Plus j'avais soif et plus l'alcool devenait boisson chaude.

«  Et toi, tu viens encore jusqu'à Thyos pour boire, encore seule, encore si tard ? »

Encore seule.. haha. Il était vrai que mon cœur accablé n'avait jamais plus eu envie d'être accompagné. Personne n'avait l'air à Voreois de s'en inquiété, alors pourquoi cette barman s'en inquièterait, ou se poserait des questions..?

« Tu viens de plus en plus souvent en ce moment... »

Trop embrumée pour réfléchir rationnellement,  je m'enfonçais encore un peu dans le siège sur lequel j'étais assise. La dernière fois que j'étais venu... je ne sais plus... mais j'avais passé un bon petit moment à Thyos, c'était assez effrayant.

"Ah tu trouves...?" déclarais-je

Ma vue était à la fois éloigné, puis, flou, puis très net, trop agressé par les lumières ambiante, avais-je trop bu ? Ridicule. M'accoudant sur le rebord de mon siège maladroitement, je regardais le bar qui peu à peu se vidait.

" Tu sais, je trouves cette endroit vraiment agréable contrairement à ce qu'il se passe dehors. C'est comme ci lorsque l'on entrait, tous la crasse, la violence et le dégoût n'avait jamais existé en ce bas monde. C'est un peu le même principe que lorsque tu bois, ta vision, ton angle de vue change".


A vrai dire, quand je mettais un pied A Thyos ce n'était uniquement pour son bar, car je ne suis aller nulle part ailleurs pour boire. Puis avec l'habitude de croisé cette barman au cheveux blanc, l'envie d'aller voir ailleurs c'est vite dissipé. Quand on a ses petites habitudes vous comprenez..?

"Et puis il n'y a pas d'alcool aussi bon qu'ici !" dis-je en éclatant de rire.

Mentir n'était pas la solution, mais tant que cela justifiait ma venu régulière...! Puis ce soir je n'avais nulle l'envie de partir sur de grand mot, je préfèrerais m'amuser un peu.

Info:
 
© ASHLING POUR LIBRE GRAPH'


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adriel
Barman et Coyote
Messages : 194
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Juin - 14:40
Verres Croisés
Epistula et Adriel
Oui, elle trouvait. Après tout, elle voyait tout le monde, tous les jours. Elle connaissait les têtes, elle connaissait les habitudes de chacun, sauf des petits nouveaux qui mouraient soit après quelques jours, soit après quelques mois, et il restait les autres… Les chasseurs, les truands, les durs qui restaient parfois là pendant de nombreuses années, voir des millénaires. Et elle voyait bien qu’elle revenait de plus en plus, comme si cet endroit était un échappatoire. Pourtant, Thyos, c’est l’enfer, et en même temps le paradis des malfrats, que lui trouvait-elle ?

Elle trouvait cet endroit agréable. La rousse n’avait pas vraiment le même point de vue qu’Adriel sur ces lieux. Les gens qui traînaient ici étaient les mycoses de Quorl, des MST, et parfois même le sida. Peut-être que l’alcool lui jouait des tours, mais Adriel, elle n’oubliait pas qui elle était, qui elle avait été. Elle est loin d’être quelqu’un de propre dans le sens ou ses mains sont salies par le passé et par les drogues, bêtes, et armes qu’elle fait passer chaque jour sous le soleil brûlant de la région. Pourtant, elle devrait remarquer que le bar est victime d’embrouilles, de coups et fracas, que les gens sont tous mauvais et qu’ils finissent souvent par se cracher dessus et lâcher un bon coup de fusil entre les deux yeux d’un autre… “Agréable.” Était-elle assez folle pour aimer le chaos ? Ce bar est aussi régi par les mêmes règles que Thyos. C’est chacun pour sa poire, et tant pis pour les autres…

“ Agréable ?... Tu sais que toutes les personnes qui viennent ici ont les mains sales ?... La violence est présente, et le vice aussi. Rien ne protège ce bar des règles chaotiques de Thyos… J’ai du mal à voir ce que tu veux dire. Les autres régions sont tellement plus calmes et apaisantes, presque ennuyantes, mais tellement plus sûres.”

Le dossier contre sa chaise elle passa sa main contre sa mâchoire pour la joindre à ses cheveux longs blancs. Un air assez réfléchi vint prendre son regard. Pourtant, dans ses pensées, c’était le néant et le brouillard. Elle ne voyait pas comment ce bar pouvait être vu de la sorte. Peut-être que cette femme était encore trop ignorante de ce qu’il se passait ici… Adriel n’allait certainement pas y faire référence, elle qui trouvait ces moments des plus amusants. Elle trouvait que l’être humain n’était bon qu’à se suffir à ses péchés, et quoi de mieux que l’alcool pour réveiller toutes les pulsions qui sommeillent en un corps ?

“Haha ! C’est gentil, mais ayant fait un petit tour dans Quorl, je dirai que chaque régions à ses spécialités…”

Elle prit son verre et en avala une gorgée pour s'enivrer du goût de l’alcool, puis le reposa presque instantanément. Adriel n’allait pas insister sur les raisons qui la poussaient à boire, de toute façon, elle n’était pas des plus empathiques. Elle comprendrait, mais selon la situation resterait de marbre… Pas très sentimentale, plutôt logique et rationnelle, elle n’aimait pas trop courir après la tristesse et le chagrin, mais tentait plutôt de le fuir, que se soit le sien ou celui des autres. Si quelqu’un pleurait sur son épaule, elle ferait tout pour que la personne en face oublie ses problèmes, mais pour elle, pas pour l’autre.

“Après on a tous nos raisons de boire tu sais… D’ailleurs, pour la peine, j’irai chercher une seconde bouteille, ce vin est très bon. Puis je pourrai te faire goûter celui que nous avons reçu dernièrement des terres de Voreios, vu que tu ne daignerais pas refuser un ou deux verres… Je présume ?”

Les deux devraient savoir que cela ferait bien plus qu’un ou deux verres… Un petit sourire aux coins des lèvres, elle regarda sa voisine, d’un air mesquin, taquin. Son estomac allait prendre certainement cher, il faudra marquer des pauses, et boire peut-être un peu d’eau… Tricher. Amusée, elle commençait à se montrer un tatillon joueuse. Cela n’avait rien à voir avec de la drague, ou autre chose. Adriel était juste enthousiaste à l’idée que la femme ne puisse refuser son offre, et qu’elle cède à son vice.


YOLO JESPERE QUE CA IRA D: mon code couleur #8ECE7F ©
[/color]


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Date d'inscription : 03/06/2017
Age : 19
Localisation : Voreios
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 16:18
"Verres croisés"
Adriel & Epistula


“ Agréable ?... Tu sais que toutes les personnes qui viennent ici ont les mains sales ?... La violence est présente, et le vice aussi. Rien ne protège ce bar des règles chaotiques de Thyos… J’ai du mal à voir ce que tu veux dire. Les autres régions sont tellement plus calmes et apaisantes, presque ennuyantes, mais tellement plus sûres."

Ce n'est pas ça.. non ce n'était pas cela. Autant de difficulté à s'exprimer pour une amoureuse de l'écriture était très paradoxale de ma part. Dans mon fort intérieur, je savais très bien comment était Thyos. Je n'avais pas manqué de me faire violer la première fois que j'y ai mis un pied. C'est une espèce de quotidien comme pour survivre, un caractère bien spécifique à la région. Mais moi qui écrit tant, moi qui pense trop et qui reste spectatrice du monde qui m’entoure sans pouvoir rien faire...

Comment ne pourrais-je pas trouvé un tel endroit que ce beau bar ? Qu'importe les actes ou paroles qui y résidaient et qui y resteraient surement pour toujours. Alors oui peut-être que j'étais encore un peu.. "niaise" car la simple idée d'être dans ce bar me laissais à ressentir que j'étais un peu plus en sécurité car il n'y avait que dans ce bar ou je ne m'étais pas fait harponnée. J'étais restée silencieuse en pensant à comment répondre.

“Haha ! C’est gentil, mais ayant fait un petit tour dans Quorl, je dirai que chaque régions à ses spécialités…”


C'est qu'à part Thyos et Voreios, je n'avais pas beaucoup voyagé depuis ces trois derniers mois. Mais mon assurance me perd dès que je ne suis plus alcoolisé... Alors qu'il ne suffit que de faire mon petit baluchons et d'y aller d'un pas ferme, mais par moment j'ai peur de l'inconnu comment un adolescente de 18 ans qui va commencer a travailler pour son premier job...  Malgré tous il restais en moi ce côté inconscient dont je n'arrivais pas me séparer.

“Après on a tous nos raisons de boire tu sais… D’ailleurs, pour la peine, j’irai chercher une seconde bouteille, ce vin est très bon. Puis je pourrai te faire goûter celui que nous avons reçu dernièrement des terres de Voreios, vu que tu ne daignerais pas refuser un ou deux verres… Je présume ?


" De Voreios ?! Très bonne idée ! Je pense que je venais a refuser un autre verre cela serais une injure non ? Alors comment pourrais-je !" déparais-je ne souriant innocemment.

Le vin à Voreois était réputé pour son côté aux milles saveurs. N'osant me lever pour la suivre, je restais affaissé dans mon fauteuil soupirant longuement de chaleur.

"Qu'est-ce-que je vais bien pouvoir faire ... Pourquoi je m'obstine toujours à venir ici.. c'est vrai tout de même.."

Info:
 
© ASHLING POUR LIBRE GRAPH'


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adriel
Barman et Coyote
Messages : 194
Date d'inscription : 31/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 2:05
Verres Croisés
Epistula et Adriel

Adriel rigola. Elle se leva donc pour aller chercher les bouteilles, néanmoins, les paroles secondaires de la rousse n’étaient pas tombées dans l’oreille d’une sourde. Il est vrai qu’elle n’avait pas à s’en mêler, et qu’elle ne comprendrait pas vraiment pourquoi ces mots étaient là, ni même les émotions de sa voisine de table. Pourtant il y avait cette curiosité, mais aussi le fait qu’elle l’appréciait comme elle était qui la poussait à en savoir plus. La blanche n’avait rien d’une psychologue, la plupart du temps elle ne comprenait pas ses propres émotions. Elle ne voulait pas que tout ça plombe l’humeur de sa camarade de beuverie, et fronça donc les sourcils. Les lamentations, et les pleurs la mettait mal à l’aise.

Se dirigeant donc dans la réserve sans aucune gêne, elle choppa donc trois bouteilles dans les cartons disposés à l’étage inférieur. Les autres personnes qui travaillaient ici faisaient comme si de rien n'était, le regard juste posé sur elle, passifs. Etrange, n’est ce pas ? Pas vraiment, tout le monde faisait la même chose et pillait les réserves du bar. Il y avait donc la dernière bouteille qu’elles avaient toutes les deux goûtés, ainsi que deux bouteille de ce fameux vin de Voreios. Jamais deux sans trois après tout. Les pas maladroits d’Adriel lui apportait des sourires qu’elle ne pouvait s’empêcher de rendre. L’alcool heureux. Elle déposa les trois bouteilles sur la table à la file indienne, l’air joviale et décontractée, puis se rassit comme un élève sage à sa place.


“Si tu t'obstines à venir ici c’est peut-être pour moi. Tu sais, ça ne serait pas la première fois qu’une belle jeune femme craque pour moi...”


Air un peu vantard sur le visage. Le temps d’aller faire un tour, elle n’avait pas pu s’empêcher d’imaginer la bêtise qu’elle allait lui répondre, elle ne voulait pas qu’elle se sente mal. Pas ce soir, c’était son soir. Elle se mit à rire face à propre blague. Tout cela était peut-être vrai, mais elle voulait le sourire d’Epistula. Adriel commença à ouvrir une des bouteilles de ce pas, et lui jeta un regard, la tête assez dubitative.


“Qu’est ce qui t’ennuies dans le fait ici plus sérieusement ?... Tu as l’impression de perdre ton temps ?”


Elle prit un ton un peu plus sérieux. Après tout, pourquoi elle même avait toujours fini par revenir ici, elle pouvait se poser la même question. Mais suite à cette idée elle se renferma un peu sur elle même et se mit à fuir devant tant de pression. Elle alla directement se servir un nouveau verre, sans réfléchir, sans réelle prise de tête, sans contrefaçon. Un peu abîmée par le fait de penser que tout ça n’a aucun sens pour elle même aussi au final. Elle secoua vivement la tête.

c un peu court :c #8ECE7F ©
[/color]


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Q U O R L :: Quorl, nouveau monde :: Thyos :: Kafsi-
Sauter vers: