:: Personnage :: Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

do you remember the way it made you feel ? || Mellifluous

avatar
Mellifluous
Sergent de police
Messages : 9
Date d'inscription : 08/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 1:53






nom & prénom ϟ Autrefois, on l'appelait Stephen. Un prénom tout à fait lambda. Dans une autre vie, il était le fils d'une famille banale, un petit Harrington.
surnom de l'ET ϟ Douce créature qu'il est, doux nom qu'il a hérité ici, aujourd'hui il est Mellifulous. Nom qui chatouille les oreilles, nom qui prête à sourire, qui rassure par sa douceur.
sexe ϟ Un mâle.
date de mort ϟ Il a poussé son dernier soupir en 1957.
date d'arrivée ϟ Il a rouvert ses yeux dans ce nouveau monde en 1396.
âge ϟ 39 ans
origine(s) ϟ Alaskain
orientation sexuelle ϟ Ça ne regarde que lui.
groupe ϟ Capitale
occupation ϟ Sergent de police
référence de l'avatar ϟ Jack Morrison - Overwatch (oui encore du OW, non j'ai pas honte)
pouvoir ϟ
Inexistant - Tu as tendance a passer inaperçu, c'est sur mais ton pouvoir te permettra cette fois d'être totalement invisible. Bien sur tu es invisible qu'aux yeux des autres et pour rester invisible il va te falloir garder ta respiration. Il est fort conseillé de t’entraîner dès maintenant.
Do you remember the things it let you feel ?
psychologie de votre personnage ϟ
Timide sourire fleurissant sur ses lippes. Le regard un peu fuyant, il ne sait que dire Mellifluous, les mots ne viennent pas. Craintive créature qu’il est, tel une gazelle effarouchée. Un peu difficile à aborder, à approcher. Quelques mots s’échappent de ses fines lèvres, parfois inaudibles, parfois incompréhensibles. Des mots qui n’ont pas toujours un sens particulier, peut-être est-il troublé. Avec le temps, sa langue se délie, souriant davantage.
Un rayon de soleil illuminant son visage.
Chaleureux et agréable.


Un air compatissant sur le visage, adoucissant ses traits. Mellifluous reste à vos côtés, il vous écoute parler, sans mots dire. Il écoute simplement, aide à vous décharger de ces peines qui pèsent sur vos frêles épaules, qui restent accrochés comme un poids mort. Il libère des maux qui vous hantent, vos démons qui restent là, à vous suivre comme votre ombre. Mais il ne parle pas de lui, de ce qui le ronge, de ces douleurs fantômes qui restent férocement accrochée à lui, de la mauvaise herbe qu’il ne se résout à arracher. Il n’arrive pas à retirer son mal par la racine. Lorsqu’il était encore Stephen, il ne parlait que peu de lui, un peu trop pudique, par manque de confiance, par méfiance. Il reste inchangé, fidèle à lui-même.
Il a mal Mellifluous.
Il le cache.


Sa grande main se pose sur votre épaule, l’air sérieux. Inquiet ? Il l’est beaucoup trop, il s’en mord parfois les doigts en imaginant le pire. Il en dévore les peaux autour de ses ongles rongés. Mellifluous a peut-être un peu trop peur pour les autres, il se préoccupe trop d’eux. Il s’y attache, s’y accroche, les aime à leur juste valeur. Il ne leur souhaite que le meilleur, que tout se passe pour le mieux, qu’ils n’aient pas à souffrir une fois de plus. Il les chéri, ces personnes qui ont besoin de lui, il les protège du mieux qu’il peut, il en prend soin comme de la prunelle de ses orbes glacées. Il rêve parfois, que tout aille pour le mieux pour ces gens qu’il aime, il se surprend à espérer, prier aussi fort qu’il le peut.
Il veut seulement leur bien.
Rien de plus.

Ses minces lèvres se pincent alors que vous lui racontez vos histoires d’antan, ces choses qui vous hantent. Il a le cœur qui se serre, la gorge sèche. Sans aucun doute un peu trop empathique. Il a ces émotions qui le chamboule, qui se bousculent dans son cœur, dans sa tête. Elles sont là, à le tourmenter tout autant que vous l’êtes. Il ressent les choses un peu trop facilement, Mellifluous, douce créature, bien trop sensible. Bien trop humain. Humides, ses iris bleutées se perdent dans le vide.
Elles roulent.
Ces larmes amères.

Oh, don't be scared about it
histoire de votre personnage ϟ
Stephen, il était un peu comme toutes ces personnes lambda que l’on croise au bout de la rue. Un passé sans aucun doute banal, une apparence qui se fondait dans la masse, une personne que l’on oubliait bien trop facilement. Une enfance dite normale, il ne s’en était jamais plainte. C’était un garçon sans histoire, un enfant modèle qui écoutait ce qu’on lui disait, qui aimait rendre service pour les autres. Stephen, c’était une bonne personne. Il avait choisi sa voie en tant qu’infirmer pour aider ceux qu’il pouvait.
Une âme charitable.
Le fils Harrington s’occupait des cas les moins dramatiques, des petites maladies infantiles, les simples maux. Il aidait ces personnes avec un sourire à la commissure des lèvres.
Tout avait une fin.
Joyeuse ou non.

Au contact de toutes ces personnes, un des habitants l’avait contaminé. Les premiers symptômes de la Polio se montraient en quelques jours. La forte fièvre lui donnait des vertiges, des nausées qui n’en finissaient jamais. La jeune Mary, s’était porté garante pour l’aider. Un peu trop aveuglée par les sentiments qu’elle éprouvait pour lui. « Bonjour Stephen » disait-elle lorsqu’elle arrivait tôt le matin, elle était un rayon de soleil. Elle illuminait les journées mornes de Stephen. Ce dernier se redressait mollement, un vague sourire au coin des lèvres, un léger signe de la tête pour la saluer. « Je ne sens plus rien dans le pied gauche. » lâchait-il naturellement. « Je n’arrive même plus à bouger mes orteils. »
Il connaissait la suite.
Ce qui lui était destiné.


Il s’écrasait violemment, face contre terre. Un cri étouffé s’échappait de ses lèvres, pas de douleur dans sa jambe qui n’arrivait plus à se mouvoir. Elle était simplement raide, elle avait perdue toute mobilité petit à petit. D’abord le fait qu’il ne puisse plus bouger ses orteils, la perte de sensation avant de finir avec la jambe gauche entièrement paralysée. La maladie avait détruit tous les nerfs.
Ça n’était que le début.
Avant qu’elle n’emporte l’autre jambe.
La perte de sensation du tronc.
C’était une tragédie.
Il en avait pleuré. Beaucoup trop longtemps.


Il avait fini par perdre tout ce qu’il restait, tout avait été dévoré par le virus. Il n’était plus rien, un simple cadavre qui se mourrait à petit feu. Anéanti, détruit, dévasté jusqu’à la moindre parcelle de sa faible carcasse. Il voulait simplement en finir, ne plus avoir à endurer cette torture. Ne plus voir l’air dépité sur le visage de la jeune femme lorsqu’elle voyait son piteux état.
« Tout ira bien Stephen, tu vas t’en sortir. » soufflait Mary tout en caressant sa chevelure dorée. Il y avait cette lueur d’inquiétude qui brillait dans le fond de son regard. Elle ne pouvait s’empêcher de sangloter bruyamment, un faux sourire au coin des lèvres. Ce qu'Harrington ne pouvait plus faire à ce stade. La polio avait tout dévasté, affaibli physiquement, avant de le clouer dans un lit pendant des journées durant pour finalement l’affaiblir mentalement. Elle lui avait tout prit. « Tu en sortiras plus fort, j’en suis sûre. »
Mensonges.
La vérité dissimulée, de la poudre aux yeux. Pour ne pas brusquer.
Il savait ce qu’il l’attendait.

Il s’était éteint dans son sommeil, il avait finalement trouvé la paix. La mort l’avait emporté d’un baiser glacial. Il était mort sans expression, seuls ses yeux reflétaient son soulagement d’avoir pu partir sereinement après des jours à n’avoir été qu’une simple coquille vide.

On lui avait offert cette chance de revivre sa mort. Cet instant qu’il redoutait tant, ce moment où il avait beaucoup trop souffert. Il ne voulait pas le revivre de la même manière, il ne voulait pas finir dans cet état une fois de plus. Le virus n’avait pas encore tout rongé de son pauvre corps affaibli, il n’avait pas encore atteint quelques parcelles de cette coque de chaire.
Sans doute prit de pitié.
On lui avait laissé cette opportunité.


« Je t’en supplie… Tue moi Mary. » Il respirait avec peine, chaque bouffée d’air lui était insupportable. « Je vais juste souffrir, mourir à petit feu en restant ici. » Son regard la suppliait, l’implorait de mettre fin à ces jours qui se voyaient être douloureux. Ces jours où il n’aurait été qu’une simple carcasse sans vie, où seul la vie aurait rayonné au travers d’un regard peiné.
A quoi bon lutter ?
A part souffrir, encore et encore.
Perdurer avec peine, ça n’était pas la plus belle des vies.

Stephen entrouvrait ses minces lèvres, la suppliant une fois de plus. Les yeux de Mary s’humidifiaient, elle n’arrivait pas à répondre. Comme prise de court par sa requête, elle ne se voyait pas ôter la vie de l’homme auquel elle tenait plus que tout. Elle n’arrivait à se résoudre à faire une telle chose, les mains tremblantes, elle déposait l’oreiller sur le visage de son bien-aimé. Il s’était résigné, il n’avait plus rien à perdre dans ce monde. Il avait laissé la mort l’emporter de son étreinte glacée. « Au revoir Stephen. » disait la femme entre deux sanglots. « Tu vas me manquer. » elle apposait ses lèvres contre celles de l’homme qu’elle aimait. L’unique fois où elle avait pu lui voler un baiser. Stephen avait cet air presque serein sur le visage, comme si cette fois, il était vraiment heureux de s’être éteint autrement.
Don't forget it was real
et maintenant ? ϟ
Lorsque Stephen s'est éteint pour se réveiller ici bas, en tant que Mellifluous, il craignait beaucoup de choses. Tout ce qui pouvait lui rappeler ce qui était en rapport avec son ancienne vie. Il les fuyait comme la peste, les craignant du plus profond de son être.
Mais au fil de toutes ces années, il reste fidèle à lui-même, une personne qui tend la main aux autres, qui souhaite aider plus que tout malgré ses airs d'animaux effarouchés lorsque l'on s'en approche de trop près.
On m'a traîné ici par force parce qu'on sait que je suis weak. Cc les concernés, vous vous reconnaîtrez. Mais je vous aime quand même. ♥
Sinon j'étais pas sur la V1 mais j'ai craqué pour la V2, parce que je suis un être faible. Achevez moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dread
Send him nude
Messages : 150
Date d'inscription : 31/05/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 18:15
gnnnnnn trop bg omg bienvenue bby
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Date d'inscription : 03/06/2017
Age : 19
Localisation : Voreios
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Juin - 17:04
Toi aussi tu as craqué sur la V2 ?

Oh mon dieu, CE genre de papa poule xD
Hâte de lire son histoire avec la psychologie qu'il a ca va être kiffant à lire !

Bon courage
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mellifluous
Sergent de police
Messages : 9
Date d'inscription : 08/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Juin - 16:48
@Dread toi aussi t'es bg, oh là là. Merci.

@Epistula oui, j'ai craqué à cause de trois zébulons.
Mais il est très bien ce papa poule enfin. :<
Eh bien la suite devrait arriver asap. Genre demain, j'espère.
Et merci. ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mellifluous
Sergent de police
Messages : 9
Date d'inscription : 08/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Juin - 15:38
Je fais un vilain pas beau dp, mais c'est pour dire que c'est fini. ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dread
Send him nude
Messages : 150
Date d'inscription : 31/05/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Juin - 18:59
Du coup, j't'ai déjà spoil ta validation sur la cb /meurt

Ta fiche est cool et j't'avoue qu'à l'histoire j'ai lâché une larme ;; J'suis contente qu'il y ait enfin un justicier dans ce monde de brute

J'espère que tu t'éclatera sur le forum ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dread
Send him nude
Messages : 150
Date d'inscription : 31/05/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Juin - 23:23
ET VOILA POUVOIR MIS ♥

Amuses toi bien
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Q U O R L :: Personnage :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: